Grandeur et décadence

Texte proposĂ© par : JCJugan le 7 décembre 2011

Grandeur et décadence


Revu et corrigĂ© pour le thème du mois... NapolĂ©on oblige !


Moscou brĂ»lait encor ! Par delĂ  les halliers,
Où ses vieux grenadiers l’acclamaient au passage,
L’empereur s’éloignait, las et sourd au message
Du canon qui fauchait les hommes par milliers.

Tandis qu’aux vétérans, grognards et cavaliers,
Le soleil d’Austerlitz n’était plus que mirage,
Un officier parfois, insensible au carnage,
Menait Ă  malemort ses derniers fusiliers.

Le cosaque et la steppe aux neiges meurtrières
Eurent pourtant raison de ces vagues guerrières
Quand cessèrent un soir de battre les tambours…

D’un Empire bâti dans le sang et les larmes,
Etrillée, affamée, exsangue et sans recours,
La Grande Armée alors dut déposer les armes…

Juillet 2011

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités