Anecdote du samedi matin

Texte proposĂ© par : Freya le 17 février 2018

Anecdote du samedi matin


samedi dernier, mon mari revient avec du pain frais de la boulangerie et le journal avec le supplĂ©ment tĂ©lĂ©. Cela fait bien longtemps qu’il ne m’avait achetĂ© le journal ce jour lĂ , donc aussi longtemps que je ne m’Ă©tais pas essayĂ© Ă  la grille de mots croisĂ©s de Michel Laclos.

Pourtant c’est une grille que j’ai remplie pendant longtemps car j’en apprĂ©ciais beaucoup les dĂ©finitions aux multiples possibilitĂ©s assez subtiles parfois.

Donc petit dĂ©jeuner avalĂ©, me voilĂ  crayon Ă  la main prĂŞte Ă  remplir les cases. Ouh ... cela n’a pas Ă©tĂ© aussi facile que je le pensais. Un "S" par ci, deux ou trois lettres par lĂ . Cela n’avançait guère. Oh une dĂ©finition pour un mot long en plein milieu : 13 horizontal : responsables de nombreux rapports. Je rĂ©flĂ©chis ... et oh ... et j’inscris "mathĂ©maticiens". Toute contente, je poursuis mais sans plus de succès. Je passe Ă  la verticale, peut-ĂŞtre cela va-t-il me dĂ©bloquer quelques mots. Mais au 18 vertical, lĂ  dernier e de "mathĂ©maticiens" me pose problème, puis c’est le "n" au 19 vertical. Bon tant pis me dis-je je le reprendrais demain.

La semaine a Ă©tĂ© bien remplie et je n’ai pas eu beaucoup de temps pour m’y replonger. Tant pis me dis-je ce matin, je vais passer chercher le journal en faisant ma marche Ă  pied.

Le boulanger me donne ma baguette et me dit en me tendant le journal "le supplĂ©ment TV n’a pas Ă©tĂ© livrĂ©. Je vous donne un ticket pour que vous puissiez le rĂ©cupĂ©rer demain". Oh non, me dis-je ... je n’aurais pas ma solution aujourd’hui ... pourtant cette dĂ©finition me turlupine et surtout j’aimerais bien dĂ©bloquer aussi les 1 horizontaux et verticaux et aujourd’hui j’avais pile un bon moment pour m’y plonger, alors que demain ... ça va ĂŞtre juste. Alors la gourmande que je suis s’est offert un petit plaisir Ă  dĂ©guster cet après-midi en tĂŞte Ă  tĂŞte : un kouign des Gras.

Kouign des Gras :

Le kouign (mot breton signifiant gâteau ou brioche ; parfois traduit par cuigne) est une catĂ©gorie de pain doux ou gâteau Ă  la levure, spĂ©cialitĂ© rĂ©gionale dans le sud du Finistère. Il aurait Ă©tĂ© inventĂ© par un artisan pâtissier il y a une centaine d’annĂ©es Ă  Douarnenez. Ă€ l’origine, les kouigns Ă©taient prĂ©parĂ©s spĂ©cialement pour la pĂ©riode du CarĂŞme, selon l’appellation locale kouign-Ened (« cuigne de CarĂŞme » ou « kouign des Gras »). Il est rĂ©alisĂ© Ă  partir de pâte Ă  pain enrichie de beurre, de sucre, d’oeufs, de lait, avec ou sans raisins. Chaque ferme faisait son Kouign, et Ă  la pĂ©riode des Gras, l’apportait au boulanger pour le cuire dans son four. Chaque mĂ©nagère marquait son Kouign en plaçant sur le dessus un objet distinctif pour pouvoir te reconnaĂ®tre. Elles utilisaient soit un petit morceau de bois, soit un haricot ou encore un petit papier. Pendant la cuisson, les mĂ©nagères prenaient le cafĂ© dans la cuisine du boulanger.

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités