Humeur estivale !

Texte proposé par : JCJugan le 8 juillet 2017

Humeur estivale !

... ou la Chronique du Vieil Observateur

- Ah ben te voilĂ  Drine ! T’es quand mĂŞme sortie par ce temps lĂ  ?
Va encore faire chaud aujourd’hui...

-  Bonjour Mado ! Le marchĂ© c’est lĂ  ousque je fais mon ravitaillement pour la s’maine, alors chaud ou pas, je vais pas me laisser mourir de faim non plus.
En tout cas, on a bien fait d’aller à la mer ces jours derniers parce que j’ai entendu dans le poste que toutes les routes qui mènent aux plages sont bloquées à cause des bouchons cumulés qu’y disent.

-  T’as entendu ça sur quel poste ? France Bleue que tu Ă©coutes d’habitude ou bien aut’ chose ?

-  Ma foi, je sais plus très bien. C’était France et quelque chose, ça c’est sĂ»r !

-  Ouais, une radio nationale qui dĂ©blatère sur n’importe quoi. C’était pas pour nous bien sĂ»r ! T’as dĂ©jĂ  vu des bouchons, cumulĂ©s ou pas, Ă  Lampaul ou Ă  TrĂ©ompan ? Manquerait plus que ça ! Bon, cela dit parait quand mĂŞme qu’y aura du monde cet Ă©tĂ©. Des Parigots comme d’habitude mais aussi des Mocos qui viendraient prendre le frais et le bon air par chez nous... J’ai entendu dire que certains de ces Sudistes commenceraient mĂŞme Ă  reluquer les maisons par ici !

-  Ma doue beniguet, envahis qu’on va ĂŞtre d’ici quelques annĂ©es ! Heureusement qu’on sera plus lĂ  ! A propos je t’ai dit pour le cim’tière que j’ai retenu une place bien situĂ©e dans le nouveau carrĂ©. A l’ombre que je serai et pas loin de l’Arcadie non plus...

-  Ah bon ! Et ton dĂ©funt Ă©poux qui t’attend depuis si longtemps, tu y as pensĂ© ? Et l’Arcadie pourquoi ? Tu y vas juste pour voter et comme on n’est pas en Corse, ici les morts ne votent pas... Bon, enfin si c’est ta dernière volontĂ© je dis pas plus !

-  Voui, voui, j’ai pensĂ© Ă  tout ça ! Yffic dans son caveau depuis 15 ans il doit avoir ses habitudes et je vais pas le dĂ©ranger. Pour l’Arcadie c’est juste que je verrai p’tĂŞt’ passer les gens... Va savoir !

Ah tiens, changeons de sujet, ça me rend un peu triste tout ça... T’as su pour les cochons de Penfoul comment ils ont laissĂ© la tite plage de notre jeunesse l’aut’ soir ?

-  Ma foi non mais je savais bien qu’un jour ou l’autre avec une porcherie de treize mille tĂŞtes au dessus de la mer y aurait des problèmes... C’est le lisier qu’a dĂ©bordĂ© ?

-  Mais non, c’est pas de ces cochons que je te parle ! Ici c’est des jeunes, Ă  ce qu’on dit, qui ont fait la fĂŞte et transformĂ© la plage en poubelle maritime. Des bouteilles, des papiers gras, des mĂ©gots et des choses que je peux pas te dire un peu partout qu’y avait !

-  Ben ça, ça m’étonne pas ! Mon voisin, tu sais le p’tit jeune qui Ă©crit dans Fessbouc, y me dit que depuis des annĂ©es il ramasse un peu tous les jours du cĂ´tĂ© de Pen ar Pont. Enfin, il ramassait car Ă  76 ans il dit que maint’nant il en a assez de nettoyer leur merde et que c’est eux qui paieront l’addition plus tard... Bon, faut pas non plus les mettre tous dans le mĂŞme panier mais y a quand mĂŞme une bande de petits saloupiots...

Allez, c’est pas tout ça mais l’heure tourne... Si t’as rien prĂ©vu Ă  midi je t’invite Ă  partager mon frichti... Des cĂ´tes de porc que j’ai achetĂ©es ! Ben oui je sais, mais faut bien vivre...

Juillet 2017

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités