La solitude... et le Prix France Inter !

Texte proposé par : JCJugan le 5 juin 2017

La solitude... et le Prix France Inter !

... ou la Chronique du Vieil Observateur


Ne voyez pas dans ce qui suit une critique littĂ©raire mais l\’humble avis d\’un lecteur lambda...


La solitude ça n’existe pas !

La preuve c’est que j’ai passé ce week-end de Pentecôte en charmante compagnie.
Elle s’appelle Jeanne et je l’ai rencontrée par hasard à l’Espace Culturel de Keruscat vendredi dernier.
Coup de cœur sans doute, je l’ai invitée à la maison sans lui poser de questions et durant ces trois jours elle m’a, peu à peu, conté sa vie.
Je me suis vite aperçu que nous avions des goûts communs ne serait-ce que les Mots croisés de Michel Laclos, les vers de Racine, de Corneille et autres grands Classiques sans oublier une vénération certaine pour notre toujours jeune académicien Jean d’Ormesson ou tout au moins pour son œuvre même si j’ai bien compris que Jeanne est aussi sensible à ses yeux bleus.
Je n’entrerai pas dans les dĂ©tails mais si vous voulez vraiment en savoir plus, je vous conseille la lecture de « Un clafoutis aux tomates cerises », dernier ouvrage de VĂ©ronique de Bure, une Ă©crivaine que je ne connaissais pas et qui, Ă  travers ce bouquin, m’a mis en relation avec Jeanne, une charmante dame de 91 ans qui n’a qu’un dĂ©faut… confondre les cerises et les tomates cerises !

Prix des lecteurs France Inter

A la fin de l’an dernier mes belles-sĹ“urs m’ont offert un bouquin intitulĂ© « Règne animal » de Jean-Baptiste Del Amo.
J’apprends ce matin que cet ouvrage a remporté le Prix des lecteurs France Inter et j’en suis ravi.
Je dois avouer que cette lecture m’avait donné à réfléchir sur ce qu’on appelle avec pudeur l’élevage intensif, c’est-à-dire l’engraissement à tout prix et dans des conditions épouvantables de porcs, poulets, pintades, canards et j’en passe.
Ca fait maintenant huit mois que je ne consomme plus de viande provenant de ces animaux martyrs.
Je ne suis pas pour autant devenu vĂ©gĂ©tarien car je me nourris toujours de poissons (hors Ă©levage) et autres fruits de mer mais la simple vue d’une tranche de jambon me ramène invariablement au roman prĂ©citĂ© et ça,.. je n’en veux plus !

Bon appĂ©tit et plus largement… Bonne journĂ©e !

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités