Mais dans quel monde on vit !

Texte proposé par : JCJugan le 15 avril 2017

Mais dans quel monde on vit !

... la Chronique du Vieil Observateur


A PloudalmĂ©zeau, "paisible" bourg du Finistère Nord !


Dring, dring, dring !

Dame, qui c’est Ă  cette heure juste quand j’allais faire la sieste !

- Oui, oui, j’arrive… Ah c’est toi Drine ! Qu’est-ce qui t’arrive ? T’as pas l’air dans ton assiette… Mais rentre donc, reste pas lĂ  Ă  la porte que tu vas attraper mal.
Un p’tit cafĂ© tu auras ? C’est du vrai, sans chicorĂ©e et fait de ce matin…

-  Voui je veux bien ! Bonjour quand mĂŞme Mado… Fallait que j’parle Ă  quelqu’un et comme t’es ma meilleure copine et que tu me comprends bien… me voilĂ  !

-  Oui, oui, tu as bien fait ! Je ferai la sieste plus tard… Alors qu’est-ce qui te chagrine comme ça ma pĂ´v ? Raconte-moi tout !

-  Ben, ce qui se passe Ă  Ploudal d’abord… Tu lis pas le journal ?

-  Si, le TĂ©lĂ©gramme tous les matins mais j’ai rien vu de spĂ©cial. Pas de morts intĂ©ressants non plus ! Alors ?

-  Alors, alors… Ben c’était dans l’Oues’ France de hier. C’est mon voisin qui me l’a dit… On a brĂ»lĂ© une voiture au bourg et badigeonnĂ© les murs avec des cochonneries sur la Place au blé… Des trucs contre les Ă©trangers et je sais pas trop qui encore. Une balle = 1mort que c’était marqué… Tu te rends compte ? A Ploudal !

-  Ma doue beniguet ! Mais qui c’est qui peut Ă©crire pareilles conneries ? On les a trouvĂ©s ces scribouillards ?

-  Y a une enquĂŞte Ă  ce qui parait… DĂ©jĂ  que les abris bus avaient eu les vitres cassĂ©es, voilĂ  que maint’nant y brĂ»lent les voitures… DrĂ´le d’époque Mado ! Bizarre que le TĂ©lĂ©gramme ne parle jamais de ce qui va mal par ici… Parait aussi que Madame le maire veut faire installer des camĂ©ras dans les rues… Des camĂ©ras ! Des coups de pied au cul qu’y faudrait distribuer Ă  ceux-lĂ  qui respectent rien. Tout va de travers ma pĂ´v dame !

-  SĂ»r que ça va pas mieux et avec les Ă©lections c’est encore pire ! T’as reçu les papiers des candidats ? Des professions de foi qu’ils appellent ça… Ils ont peur de rien !

-  Oui, oui, j’ai reçu mais j’ai pas lu et je lirai pas ! Je les ai assez entendus dans le poste et Ă  la tĂ©lĂ©. Pas un pour racheter l’autre… Enfin, si, y aurait peut-ĂŞtre Lassalle, le Basque… M’a l’air honnĂŞte cet homme. Le genre Ă  pas mettre la main dans le pot de confiture et Ă  payer ses factures comme le Grand Charles dans le temps. Bon, on verra bien mais Ă  91 ans j’ai peur de mourir dans un pays d’extrĂ©mistes, qu’ils soient d’un bord ou de l’autre…

-  Je suis bien d’accord avec toi ! L’Europe qu’ils ne veulent plus, si on l’avait eue en 40 on aurait peut-ĂŞtre pas connu la guerre. Tu sais qu’y a des jeunes qui savent mĂŞme pas qui a construit les blockhaus…ni Ă  quoi ça servait… Qu’est-ce qu’on leur apprend Ă  l’école ?

-  Ah ben, il est bon ton cafĂ©, Mado ! J’en prendrais bien un tit peu plus… Ah oui, je t’ai pas dit non plus pour mes visites chez le mĂ©decin… Comme mon « rĂ©fĂ©rent », comme y disent, Ă©tait en vacances j’ai vu la remplaçante pour mes vertiges et quelques vieilles douleurs. Pour les douleurs elle m’a dit qu’en quinze minutes elle ne pouvait pas tout faire et pour les vertiges comme elle a rien trouvĂ©, elle m’a expĂ©diĂ© chez un ORL qui m’a gardĂ©e 7minutes, m’a dit que tout allait bien et tout ça pour 70 euros ! Encore un qui se sucre aux frais de la SĂ©cu !

Bon, je vais te laisser car je parle, je parle et tu vas pas pouvoir faire ta sieste…

Merci pour le cafĂ© et pt’êt qu’on se verra au bureau de vote dimanche en huit… J’ai prĂ©parĂ© mon bulletin… une photo du GĂ©nĂ©ral avec tante Yvonne !

Kenavo et Ă  dimanche !

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités