Retrouvailles

Texte proposé par : JCJugan le 30 janvier 2017

Retrouvailles


Drine et Mado à Ploudal au marché du vendredi après une longue absence de la première…

- Ah ben dis donc, c’est pas trop tĂ´t ! Je croyais bien ne jamais te revoir…
Trois mois que t’es partie et juste une tite carte Ă  ta vieille copine !
Du souci que je me faisais… Qu’est-ce t’es restĂ©e faire chez les Mocos ?

- Oui, oui, je sais bien ce que tu penses ! Celle-lĂ  elle prĂ©fère Toulon Ă  Ploudal et pour Ă©crire faut pas trop lui demander…
Ben c’est un peu vrai mais je t’ai pas oubliée pour autant.
Tu sais ce que c’est, le temps passe tellement vite et pis c’est un peu Ă  cause de ma p’tite nièce qu’est mariĂ©e avec un second maĂ®tre de la Royale embarquĂ© sur le Charles de Gaulle… En mission je sais pas oĂą qu’il Ă©tait parti et la pauvre elle se morfondait bien sĂ»r ! Faut bien rendre service quand on peut !
Bon, il est revenu et je les ai laissés à leur lune de miel…
VoilĂ , voilĂ , j’espère que t’es toujours ma copine !
Et ici, quoi de neuf depuis tout ce temps ?

- Pour ĂŞtre toujours ta copine, t’as pas de soucis Ă  te faire… Je te faisais juste bisquer un peu. Quoi de neuf ? Que je rĂ©flĂ©chisse… ma foi pas grand-chose si ce n’est que l’Alphonse il a son monument Ă  la place de l’ancienne mairie. C’est plutĂ´t joli, moderne quoi si tu vois ce que je veux dire, et peut-ĂŞtre un peu fragile car deux jours après l’inauguration il a fallu y mettre un tuteur… Bon, ça dĂ©figure pas et ça a l’air de tenir !
Quoi d’autre ? Ah ben oui, j’ai votĂ© aux primaires ! Auxquelles ? Aux deux, ma foi, pas de jaloux, et deux tours pour chacune ! Et j’ai perdu aux deux…
Moi, gauche, droite, j’y comprends pas grand-chose alors je me fie aux hommes et à ce qu’ils proposent…

A droite je voyais bien JuppĂ© comme prĂ©sident ! Ils ont prĂ©fĂ©rĂ© François Fillon…

- C’est pas plutĂ´t François Pignon ?
- Non, tu confonds avec celui qui jouait dans Un dĂ®ner de cons, le film qu’on avait regardĂ© ensemble et qui nous avait fait bien rigoler… Avec çui ci ça serait sĂ»rement moins rigolo !
Mais si, t’en as entendu parler dans le poste et à la télé… Celui que la femme, Pénélope, qui l’attendait à la maison, était soit disant payée à rien faire…
Bon, pour l’instant on sait pas trop… Laissons faire la justice comme y disent !
Et puis hier je suis allĂ©e mettre un p’tit bulletin pour Manu, mon prĂ©fĂ©rĂ© !

Pas de chance, c’est celui de St Renan, le BenoĂ®t, qui a gagnĂ© !
J’aurais mieux fait de garder mes sous…

Cui-lĂ  c’est un rĂŞveur ! Il veut payer les gensses Ă  rien faire…
Ma doue beniguet, mais ousse qu’on va ?

Bon, on verra bien en Mai, si on est encore de ce monde !

- Oui, on verra bien ! Moi, Ă  mon âge ça m’est Ă©gal, je veux bien tout tant qu’Hamon reste le p’tit gars que j’ai connu dans le temps sur le marchĂ© de St Renan.

- Tiens, tu l’as pas fait exprès mais ton « tout tant qu’Hamon » en plus de la « PĂ©nĂ©lope », ça me fait penser que ces Ă©lections sentent un peu la naphtaline !

Bon, c’est pas tout ça mais on cause, on cause de paniers Ă  crabes et moi j’ai toujours pas achetĂ© le mien de crabe pour le frichti de midi !
Tiens, je vais prendre deux araignées ou des mousses si y en a et tu manges avec moi... Après trois mois au bord de la Méditerranée ça te fera pas de mal...

Janvier 2017

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités