pixelisée

Texte proposé par : kry le 4 mars 2009

pixelisée


Le curseur bat, j’attends de voir, je ne vois plus, le sang bat derrière la rĂ©tine en Ă©cho Ă  la pulsation du petit trait vertical, mes paupières se fendent, je suis au croisement.

Depuis dĂ©jĂ  plusieurs jours que je consulte trop rĂ©gulièrement cette adresse oĂą tu ne rĂ©ponds plus. J’attends.
Mais que rĂ©pondre me dirais-tu ? Que rĂ©pandre si nous n’arrivons pas Ă  reprendre notre souffle après cette course effrĂ©nĂ©e que nous avons tout de mĂŞme freinĂ©e. Les mots pourraient-ils prendre le relais de nos lèvres ?

Qu’il est Ă©trange de suivre, de subir ce silence que les mots abĂ®ment. Je le vois grandir, je le comprends et il m’attire autant qu’il me fait peur.
Ton regard et ta bouche sont au dĂ©tour de chaque battement de cil. Dès que je ferme les yeux sur le monde, le petit nĂ´tre s’Ă©veille, il brille d’un appĂ©tit dĂ©bordant.

Et puis, mon cerveau s’en mĂŞle, il glace et range tout, il cherche Ă  organiser, Ă  dĂ©limiter. Pourquoi n’avons-nous qu’une seule vie ? Pourquoi faut-il ne vivre que dans le cadre de l’Ă©cran de nos sociĂ©tĂ©s.

Comment parle-t-on du silence tactile ? Qu’il est plein ce silence comparĂ© Ă  ce que nous avons touchĂ© du doigt.

Oserai-je t’Ă©crire que je t’attends après ce qui fut ?

L’Ă©cran blanc balance et tangue sur mon esprit fermĂ©,

ENVOYER MESSAGE...

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités