ATALANTE

Texte proposé par : Bernard Blazin le 21 janvier 2005

ATALANTE

Des myrtes aux couleurs irréelles
Poussent dans le ciel
Sous chaque pas d’Atalante
Et de ses flèches cruelles.
Il y a sous les nuages de curieuses plantes
Aux Ă©toiles froides et piquantes.
 
La neige n’Ă©pargne pas la vipère
Cachée sous sa terre repaire
Endormie mais en attente
D’une simple proie charmante.
 
Mais les pommes d’or
Qu’Hippomène abandonne
N’Ă©veilleront pas les soleils morts.
Et le dur frimas emprisonne
Les corps perdus sans lumière
Dans la morsure du serpent hiver.
 
Unis sous leurs cartons
Les prĂ©tendants s’en iront
Tirés par des sagaies mortelles
A la course d’une vie plus belle
Touchés en plein cœur
Par la dame Ă  l’unique vainqueur.
Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités