Mémoire d’outre-tombe

Texte proposé par : JCJugan le 7 mars 2017

Mémoire d’outre-tombe


Mon cher et vieux pays, te voilà de nouveau
Au bord de la chienlit, plongé dans la tourmente,
Victime sans défense au cœur d’une tournante
Et moi, comme un couillon, coincé dans ce caveau !

Entends-les, Marianne, ameuter le troupeau,
Promesses du grand soir et lendemain qui chante,
Pour vendre leur salade à la foule bêlante
Et la mieux préparer à porter le chapeau…

De tous ces prétendants à la charge suprême,
Qu’il soit ce jour sans tache ou frappé d’anathème,
Je n’en vois guère un seul redorer le blason,

Passablement terni, d’un peuple en déshérence
Déclamant à l’envi la funèbre oraison
Du rêve européen de paix et tolérance…

Ah, les bougres de cons, qu’ont-ils fait de ma France ?

** CdG… Colombey, Mars 2017

Partager

 

A propos du texte:

Du même auteur

Publicités