le théatre

Texte proposé par : raymonde verney le 11 octobre 2009

le théatre


Je me faufile dans l’obscurité opaque
Mon fauteuil vers moi se hisse curieux
OĂą siĂ©giez –vous ma chère je suis envieux ?
De votre retard j’excuse le gênant impact

Je portai mes élans vers une scène éloquente
Les acteurs fichaient le rire en induction
L’histoire débordait vers une hystérie légère
La foule applaudissait sans nulle sommation

Le rideau heurte un entre acte réparateur
Le café se fluide, les gâteaux gourmandent
La ligne qui, perdue, s’avance péremptoire
Vers les buffets aux rites dévastateurs

Le noir frémissant réinstalle sa présomption
Silence !!On joue le rire se pose en mĂ©cène
La foule sacrifie au rite de la contemplation
Rideau !bruit des chaises, bruit d’une ovation

Raymonde verney

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités