Sur le forum

Pour le plaisir de dire n'importe quoi!

Sujet: Rigolons ensemble! posté par: Bernard Blazin le: 01-03-2009

Amitiés, à ceux qui passeraient par là...

Lire la suite

Grand homme, petite taille !


Impétueux parfois, colossale souvent, soit on l’aime, soit on le déteste mais il ne laisse pas indifférent ! De qui puis je bien parler en ces temps modernes ? De Napoléon 1 [1] bien entendu.
Le défi ces temps ci sera de faire des poèmes, ou proses sur l’Empereur, vainqueur ou vaincu.

A vos baïonnettes les plumes !!

Lire plus >

DasGehtNicht



 Cet auteur fête son anniversaire le : Non renseigné
 

J’ai pas choisi

J’ai pas choisi ma couleur J’ai pas choisi ma (...)

En savoir plus sur DasGehtNicht>

Sa peur sur mes lèvres


Je l’ai violée.

Je me rappelle jusqu’au plus petit détail de mes actes, chacun de ses regards, de ses cris, de son corps si blanc qui se débattait sous le mien, de sa douceur sous ma paume, de ses coups dérisoires qui aiguisaient mon désir.

Je me rappelle de tout. Elle a hurlé, au début. Pas des mots, non, elle ne pensait plus aux mots, c’était ses larmes et son dégoût qui perlaient sur sa peau, sa honte et sa peur sur mes lèvres.

Je n’avais pas bu.

Elle m’avait repoussé, j’en suis devenu fou, oh, je ne sais plus. Elle était si belle. Une poupée de cristal entre mes doigts avides, et je l’ai brisée, brisée comme on froisse la soie, brisée comme on déchire le ciel. Déchiquetée, brûlée, dévorée, et moi je la regardais, et je me suis enfui, sans rien lui dire, sans la toucher plus, et je ne pleurais pas, parce que j’ai aimé ça, mon Dieu, j’ai aimé ça ! Alors j’ai couru, loin, loin de ses sanglots silencieux, de ses yeux éteints.

Je l’avais violée.

En savoir plus sur ce texte :

Rechercher

Connexion

Qui est là?

  • Visiteurs connectés : 3

Statistiques

41 rubriques
6672 textes
2170 auteurs
48337 réactions
118 infos
4682673 visites
3 nouveaux textes ce mois ci.

Publicité