Bastien veilleur de nuit

Texte proposé par : ristretto le 17 juillet 2010

Bastien veilleur de nuit


je sais, on est en juillet.. mais je n\’ai pas vu passer le temps
oups .. peut ĂŞtre valait il mieux prĂ©ciser l\’auteur pour la phrase empruntĂ©e !
albert samain .. voilĂ  qui est plus poli


Au secrĂ©tariat de la direction du personnel, ils m’avaient tous pris le chou , aujourd’hui !
Toute l’Ă©quipe s’Ă©tait liguĂ©e pour sortir des cartons une vieille revendication au sujet de l’horloge du vestibule.
Certains réclamaient de la reléguer au placard sans autre forme de procès.
Un groupuscule plus iconoclaste dĂ©posa une pĂ©tition pour la voir brĂ»ler sur le parking de l’entreprise.
Les plus anciens de la maison – ceux surnommĂ©s « les grognards » -, sans doute par nostalgie de leurs annĂ©es de jeunesse, proposèrent une solution modĂ©rĂ©e : mettre en vente la belle comtoise et offrir les fonds au comitĂ© des œuvres sociales.
Un peu Ă  l’Ă©cart, le veilleur de nuit ne pipait mot.
Il fixait l’horloge.
Son regard rempli de lunes, de spoutniks et d’Ă©toiles filantes, il se retourna vers nous et balbutia quelques mots incomprĂ©hensibles.

Le chef du personnel n’en pouvait plus et s’Ă©cria hors de lui « on ne va pas continuer Ă  jouer au chat et Ă  la souris ! parlez plus fort Bastien ! qu’avez vous Ă  nous dire ? et qu’on en finisse avec cette histoire ! »

Bastien, avec une fougue que personne ne lui connaissait, dĂ©clama :

« il est des nuits de doute, oĂą l’angoisse vous tord,
Et, ces nuits-lĂ , je suis dans l’ombre comme un mort.

l’horloge, mon amie, sonne les quarts, les heures
et Ă  chaque demie me fait croire au bonheur »

Partager

 

A propos du texte:

Du mĂŞme auteur

Publicités